Programme d’orientation pédagogique 2014-2015

Jean-Philippe Halgand / Marie Legros

Modes mineurs, forces majeures

Il y a dans la performance un subtil mélange d’autorité et de fragilité irréductible. Qu’elle déplace ses gestes du côté de la danse ou s’approprie les atours du rock, qu’elle s’empare des objets les plus ordinaires ou les plus incongrus, se couple à des dispositifs techniques simples comme sophistiqués ou redonne forme à des récits mineurs ou de grandes histoires, elle se fait présence et attention, n’usant du spectaculaire que pour mieux le déjouer.

C’est sans doute ce pour quoi elle a un long compagnonnage historique avec la vidéo, forme batarde de la technique et du cinéma, et un autre, plus récent, avec les pratiques apparues avec l’Internet qui partagent avec elle, toutes les deux, une indétermination assumée et une insolence résolue.

Ces performativités, cette cristallisation incertaine qui nait de leur confrontation publique, ne se décrètent pas et leurs recettes, lorsqu’elles existent, doivent être constamment réinventées, répétées, réactivées.

Approfondir et créer sa place dans ces champs de pratiques, est précisément ce à quoi l’atelier s’engage en réunissant les conditions nécessaires à l’émergence de vos projets et à leur accompagnement dans un cadre de propositions qui favorisent l’échange critique collectif, l’expérimentation individuelle et l’affirmation de votre subjectivité et de votre autonomie de travail.

 

Mode d’enseignement

L’enseignement est dispensé selon un calendrier qui est déterminé à chaque rentrée en fonction de l’effectif de l’atelier : des temps d’atelier partagés entre les étudiants des deux années, des temps propres à chaque année, à ses spécificités et à ses attendus. Le temps de l’atelier est un temps précieux d’échanges, de discussion et de production, à la fois informel et tenu. Il requiert par conséquent ponctualité et assiduité. Dans le détail, il se partage entre des moments collectifs indispensables à l’émulation entre étudiants et à la cohésion pédagogique de l’atelier (apports pédagogiques, projets, accrochages, travail en groupe, débats, temps morts) et des rendez-vous individuels lorsque nécessaires. La place des étudiants dans ce dispositif est essentielle.

 

Méthodologie

La pédagogie de l’atelier se joue sur plusieurs rythmes :

 

  • Des temps concentrés qui sont ceux des apports et de discussion autour d’œuvres d’artistes, de textes théoriques et critiques, d’expositions choisis pour leur pertinence historique, leur actualité ou l’éclairage qu’ils peuvent donner à des projets d’étudiants et contribuer au développement de leur esprit critique,
  • Des temps courts qui sont ceux de propositions pédagogiques régulières et à brève échéance,
  • Des temps plus longs qui sont ceux de projets exceptionnels hors l’école.

 

Le tressage minutieux de ces trois temporalités permet d’articuler la pédagogie de l’atelier avec le temps des études et les rythmes des étudiants tout en conservant la souplesse et la réactivité indispensable à son exercice.

Progressivité 1er et 2ème sem.

Année 2 : Le 1er semestre est conduit avec les étudiants inscrits en année 3 dans l’atelier (apports et propositions pédagogiques communs selon un planning précis). C’est aussi à ce moment-là que les projets collectifs de l’atelier s’élaborent. Le 2e semestre est structuré autour du suivi des projets individuels et de l’acquisition des méthodologies et des savoir-faires nécessaire à leur réalisation.

Année 3 : Le 1er semestre est un moment déterminant de l’année qui va décider ce qui des projets et des chantiers ouverts l’année précédente est encore suffisamment vif pour être poursuivi ou si d’autres pistes doivent être engagées, sans fermer prématurément la porte à d’autres initiatives susceptible de faire évoluer le projet de l’étudiant. Le second semestre qui doit conduire l’étudiant au diplôme est structuré selon un rythme tenu d’accrochages publics du travail, de prises de paroles et de confrontations critiques, couplé aux suivis individuels et de mise en forme des projets qui seront présentés au diplôme.

Évaluation, modes et critères :

L’évaluation est semestrielle. Elle évalue l’évolution de la construction de la démarche artistique personnelle, de la qualité plastique et conceptuelle de la production et des recherches de l’étudiant à travers les réponses faites aux propositions pédagogiques de l’atelier, un contrôle continu et les bilans de fin de semestre. L’assiduité et le travail dans l’atelier, l’investissement individuel et collectif, l’engagement personnel et la prise d’initiatives sont des critères déterminants.

 


Suivre

Recevez chaque nouvel article directement par mail

Retrouvez d'autres abonnés :